Qui sommes nous?



Fondée fin 1984 par Gérard Gay, l’association La Confrérie Facétieuse s’est donnée pour but de réaliser des spectacles d’expression populaire appelés «spectacle de son et lumière».
Elle a emprunté son nom à la confrérie facétieuse de la mère folle très connue à Dijon à l’époque des Ducs de Bourgogne pour ses défilés et ses jeux. Après 3 ans de spectacle l’association participe au tournage d’une série télévisée de 4 épisodes «l’Europe de la toison d’or».
Le site du château Louis XI, à Auxonne, dont les origines remontent fin XVème siècle, fût choisi pour exécuter ses animations.
Par la suite, des marchés médiévaux et de multiples animations (banquets, contes de Noël au théâtre de Dijon…) ont permis à la Confrérie de se diversifier.

En 2001, le roman de Renart, joué à la salle des fêtes d’Auxonne pour Noël permet de retrouver une équipe prête à repartir.
Durant 4 années le château résonnera d’une époque allant de la préhistoire à la Seconde Guerre Mondiale.

C’est en 2007 et 2008 que l’année Vauban donne matière à Fanfan contrebandier.

2009 et 2010 nous donnent l’occasion d’un spectacle plus actuel. Entre histoire, folies et inventions, les habitants d’Auxonne nous invitent à partager avec eux la communauté joyeuse de la «Confrérie Facétieuse».
L’année 2011 offre un nouveau spectacle aux Auxonnais intitulé «Les Misérables».
Quant à 2012, c’est un renouveau avec la représentation du son et lumière «La Saône raconte Auxonne» accompli quelques années plus tôt.

On remonte le temps en 2013 à l’époque moyenâgeuse pour mettre en place La Cour des Miracles.
2014 ainsi que 2015 furent riches en émotions. C’est avec l’aide de l’association «Avant L’Assaut» que la commémoration, portant le même nom, fût conçue pour le «centenaire 14-18». Retraçant l’avancée des poilus dans les tranchées, le spectacle fût labélisé pour l’année 2015.
Pour l’année 2016, un nouveau bond dans le temps fût matérialisé par un magnifique «Charivari à la Cour des Miracles». Une «nouvelle mouture» du marché médiéval exécuté en 2013.

Les sons et lumières restent le terrain de prédilection de la Confrérie, malgré tout elle se diversifie notamment par les déambulations et reconstitutions en costumes mais également par la location des costumes pour les troupes de théâtres.